Chaque mois, retrouvez un nouvel édito...

Bonne Année !

Alors que cette nouvelle année vient de commencer, c’est certainement ce que nous avons souhaité les uns et les autres à nos proches, nos voisins, collègues et amis, espérant pour eux comme pour nous une année paisible qui ne nous réserve pas trop de surprises désagréables !

L’année passée a été riche de mouvements sociaux de toute sorte : gilets jaunes, personnels soignants, enseignants, pompiers, conducteurs de trains… beaucoup d’hommes et de femmes manifestent leurs frustrations, leur colère ou leur désaccord, de façon plus ou moins pacifique. Il semble que les problèmes soient partout, et qu’ils deviennent de plus en plus insurmontables. Si on regarde en dehors de l’hexagone, ce n’est pas forcément mieux, et les problèmes sociaux, économiques, politiques sont nombreux, sans parler des catastrophes naturelles à répétition souvent attribuées au réchauffement climatique. Mon épouse a fait part récemment de son étonnement à son médecin face au nombre important de personnes qui remplissait la salle d’attente, « y-a-t-il autant de malades ? ». La réponse du médecin fut étonnante : « Il y a une part il est vrai de véritables maladies, mais dans cette ambiance morose, beaucoup de gens vont mal, alors ils vont voir leur docteur pour essayer de trouver des solutions à leur mal-être… »

Oui, notre monde va mal, et le danger est grand pour les enfants de Dieu de sombrer à leur tour dans les plaintes et le marasme ambiant ! N’est-il pas vrai que nous aussi, nous avons des problèmes, et que le quotidien nous réserve parfois des surprises désagréables ? Alors n’est-il pas légitime pour nous aussi de nous plaindre ?

Pourtant, la Bible nous invite à réagir dans l’esprit opposé, elle nous invite comme l’ont fait Paul et Silas dans la prison à louer le Seigneur et à nous réjouir même quand les circonstances nous sont contraires.
Pour pouvoir vivre ainsi, il nous faut apprendre à déposer en permanence nos fardeaux, nos frustrations et nos souffrances au pieds de notre Seigneur, comme il nous y a invités : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » (Matthieu 11 : 28 à 30).

Ainsi, le cœur léger, nous pourrons non seulement rester dans la paix et la joie, mais nous serons aussi capables de communiquer une nouvelle espérance à ceux qui nous entourent. N’est-ce pas cela être sel et lumière ? Notre monde a tellement besoin de voir en nous cette différence qui interpelle et qui redonne de l’espoir !

Que cette année soit bonne ou pas ne dépend en réalité pas en premier lieu du temps qu’il va faire, des circonstances que nous aurons à vivre, des défis que nous aurons à relever, des souffrances que nous devrons subir, mais de la façon dont nous allons les aborder ! En toute circonstance, rappelons-nous ces exhortations que Paul nous adresse avec tant d’insistance : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous » (Philippiens 4:4 ).

Jésus nous a sauvés, Il nous accompagne au quotidien de Sa grâce excellente, Il est le Bon Berger qui nous conduit jour après jour, comment se pourrait-il que cette année ne soit pas une « Bonne Année »  ?

Soyez bénis !

Pasteur, Michel Mauffrey