Chaque mois, retrouvez un nouvel édito...

Es-tu suffisamment bien nourri ?

On le sait, la nourriture joue un rôle très important dans notre développement et notre santé de façon plus générale. On connait bien le slogan qui nous invite à manger 5 fruits et légumes chaque jour pour rester en bonne santé. Journaux et sites Internet regorgent d’ailleurs d’articles et de conseils en tout genre pour nous aider à faire les bons choix, manger équilibré et concocter toutes sortes de plats délicieux. Il faut bien reconnaitre que dans notre beau pays de France, nous sommes gâtés dans le domaine de l’alimentation, mais bien se nourrir n’est pas manger que ce qui nous plait !

La question que je vous propose aujourd’hui est : qu’en est-il de notre nourriture spirituelle ? Est-ce que nous y veillons avec autant d’attention ? Est-elle aussi suffisante, variée, équilibrée et de bonne qualité, sans excès ?

Comme pour notre corps, notre nourriture spirituelle est en effet d’une importance primordiale pour notre CROISSANCE, mais elle a également un rôle fondamental pour notre SANTÉ spirituelle, qui aura des répercussions sur tous les domaines de notre vie.

Aujourd’hui, on peut facilement passer nos journées à « grignoter » spirituellement : ici un article intéressant sur un sujet, là une exhortation dans un autre domaine, et puis cette méditation quotidienne qui nous parle d’un troisième sujet, sans compter tous les excellents (ou pas) messages bibliques qui nous sont proposés ici et là ! Quelques minutes de consultation sur les réseaux sociaux vont nous abreuver de versets et réflexions diverses, sans compter toutes les informations qui ne concernent pas notre foi. Il est absolument impossible d’assimiler correctement toutes ces informations, même si elles sont toutes justes et équilibrées (ce qui n’est pas toujours le cas) !

Dans un tout autre contexte, Paul parlait déjà de l’importance de la nourriture spirituelle et dira aux chrétiens de Corinthe « Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter ; et vous ne le pouvez pas même à présent » (1 Corinthiens 3:2). Pierre, quant à lui, nous exhorte à veiller à la qualité de notre nourriture : « Désirez… le lait spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut » (1 Pierre 2:2).

Combien la Bible insiste sur le fait que le Seigneur veut nous amener plus loin et nous donner une nourriture plus solide, mais bien souvent nos mauvaises habitudes alimentaires (spirituellement parlant !) nous empêchent d’être capable de digérer cette nourriture, et Dieu doit se contenter de nous donner du lait normalement destiné aux nouveaux nés ! Écoutons l’Épitre aux Hébreux : « Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu’on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d’une nourriture solide. (…) Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. » (Hébreux 5:12 et 14)

Peut-être est-il important de reconsidérer notre façon de nourrir notre esprit pour prendre le temps de méditer la Parole de Dieu, lui laisser sonder et transformer nos cœurs par l’action du Saint-Esprit, découvrir les trésors qui sont parfois cachés à une lecture trop superficielle. Alors nous pourrons aussi grignoter l’une ou l’autre gourmandise sans risquer un mauvais impact sur notre santé  !

Prenons du plaisir à nous nourrir de la Parole de Dieu ! Et il m’est impossible d’en parler sans laisser les derniers mots à la Bible elle-même, et en particulier au psaume 139 : « Que ta Parole est douce à mon palais ! Elle est meilleure que le miel, et j’acquiers du discernement grâce à tes ordonnances. » (Psaumes 139:103, 104)

Bon appétit !

Pasteur, Michel Mauffrey