Chaque mois, retrouvez un nouvel édito...

« Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi ? »

CLa prière a une composante très intimiste. La Bible nous montre à maintes reprises Jésus se retrouvant seul, à l’écart, pour prier son Père. Il enseignera d’ailleurs cet aspect de la prière à ses disciples : « Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret te le rendra » (Matthieu 6 : 6). Et combien nous avons effectivement besoin de ces moments de face à face avec Dieu où nous pouvons lui ouvrir notre cœur et chercher sa face !

Pourtant, un peu plus loin dans ce même Évangile de Matthieu, nous retrouvons Jésus dans un grand moment de tristesse et d’angoisse, prenant avec lui quelques uns de ses plus proches disciples pour l’assister dans un moment de prière particulièrement intense. À ce moment dramatique, Jésus avait besoin de prier avec ferveur son Père céleste, mais il avait aussi besoin de ressentir le soutien et la prière de ses amis, ses disciples les plus proches qui étaient là à quelques pas de lui (voir Matthieu 26 : 36 à 39). Mais quelle ne fut pas sa déception un peu plus tard de constater qu’ils s’étaient tous endormis !

Un cri sorti alors de la bouche et du coeur de Jésus  : « Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi ! ».

Et combien il est vrai que la prière est un combat, et même dans ce moment tellement stratégique, les disciples n’ont pu veiller une heure alors que leur Seigneur vivait un des moments les plus difficiles de sa vie ! Peut-être que nous nous reconnaissons dans ces disciples, et que nous aussi nous n’avons pas veillé et prié comme nous l’aurions souhaité, alors même que nous ressentions le besoin impératif d’intercéder et de combattre. Jésus l’a rappelé lui-même à ses disciples : « l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible » (Matthieu 26 : 41). Faut-il alors se blâmer, se culpabiliser, se décourager ?

Bien sûr que non ! Les disciples ont dû APPRENDRE à consacrer du temps dans la prière, et à grandir en endurance et en persévérance. Alors que Jacques, le frère de Jean, avait été exécuté, Hérode avait fait arrêter Pierre, qui était emprisonné et gardé par pas moins de 16 soldats ! Tout à coup, un miracle se produit et c’est rien de moins qu’un ange de Dieu qui vient sortir Pierre de la prison. On découvre un peu plus loin les coulisses de ce miracle : Dans la maison de Marie, en pleine nuit, « beaucoup de personnes étaient réunies et priaient » (Actes 12 : 12). Ils ne dormaient plus, ils persévéraient sans relâche dans la prière et l’intercession et l’heure avancée de la nuit ne suffisait plus à les terrasser de sommeil !

Non, ils n’en sont pas arrivés là en quelques jours, ils ont appris à PERSÉVÉRER dans la prière ENSEMBLE : « Ils persévéraient dans l’enseignement de apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières » (Actes 42 : 42).

À nous de faire de même  ! Soyez encouragés !

Pasteur, Michel Mauffrey