Chaque mois, retrouvez un nouvel édito...

Chrétien, et débordant de joie !

On entend parfois qu’un chrétien triste est un triste chrétien.
Pourtant il est vrai qu’un disciple de Jésus peut connaitre des moments de tristesse, de déprime ou de découragement. Mais je crois néanmoins que cela doit rester des moments d’exceptions, et des moments que nous apprenons à surmonter rapidement pour ne pas laisser la tristesse nous submerger. La Bible nous rappelle que « la joie de l’Éternel sera votre force » (Néhémie 8 : 10), alors ne nous la laissons pas voler !

En lisant les actes des apôtres, il est toujours surprenant de constater l’atmosphère joyeuse de cette église, l’enthousiasme et la simplicité de cœur qui les caractérisaient.

Même dans les moments de persécution, sous la menace ou emprisonnés, il semblait que rien ne pouvait enlever la joie communicative de ces disciples du Christ :

  • Actes 2 nous montre une église qui vivait « avec joie et simplicité de cœur ».
  • Dans Actes 5 : 41 « Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus. » : ils venaient de se faire battre de verges et menacer, pourtant ils étaient joyeux !
  • Actes 16 : 25 « Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu » : Emprisonnés injustement, Paul et Silas chantaient néanmoins des cantiques de louange !

Bien sûr, cela n’est pas normal, mais c’est l’effet de la présence du Saint-Esprit en nous ! Nous avons tous de bonnes raison de nous plaindre, d’être tristes et même de le rester. Mais Jésus veut nous communiquer une paix et une joie que le monde ne peut pas nous donner, et qui ne dépendent pas des circonstances extérieures. Mais ce n’est pas une religion qui peut nous communiquer une telle joie, ce ne peut être la conséquence que d’une réelle relation avec notre créateur au travers de Jésus !

La Bible nous enseigne d’ailleurs que la joie fait partie du « fruit de l’Esprit », ce qui signifie qu’elle va se développer si nous laissons l’Esprit du Seigneur nous transformer ! Alors cessons d’être tristes et de nous prendre la tête tant de choses qui n’en valent pas la peine !

Paul a écrit l’Épitre aux Philippiens alors qu’il était emprisonné à Rome, et pourtant cette lettre sera surnommée « l’Épitre de la joie » tant elle communique ce besoin d’être toujours joyeux. C’est à cette occasion qu’il exhortera les chrétiens de l’époque avec insistance : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ! Je le répète : réjouissez-vous ! ». (Philippiens 4 : 4).

Avant de terminer, je voudrais vous laisser un verset écrit bien plus tôt par le prophète Ésaïe, qui ne vivait pas non plus dans une période facile, mais qui néanmoins s’est écrié avec détermination : « Je me réjouirai en l’Éternel, Mon âme sera ravie d’allégresse en mon Dieu; Car il m’a revêtu des vêtements du salut, Il m’a couvert du manteau de la délivrance, Comme le fiancé s’orne d’un diadème, Comme la fiancée se pare de ses joyaux. » (Ésaïe 61 : 10).

À méditer et pratiquer avec assiduité durant tout l’été !

Bonnes vacances à tous !

Pasteur, Michel Mauffrey