Chaque mois, retrouvez un nouvel édito...

Une foi simple

« Quiconque croit en Lui ne sera pas confus. » (Épitre de Paul aux Romains, chapitre 10, verset 11).

On raconte qu’un jour où l’empereur Napoléon passait une revue sur la place du Carrousel à Paris. Soudain, son cheval se cabra et partit au galop, et l’empereur fut obligé de se retenir à la selle. Alors un soldat se précipitât hors des rangs, sauta à la tête du cheval et tendu la bride respectueusement au cavalier, qui le remercia par une boutade « Merci bien, capitaine ! ». Mais le soldat pris cette parole au mot et demanda « de quel régiment, sire ? », sur quoi l’empereur répondit « De ma garde ! » avant de repartir au galop. Que ne fut pas la surprise du groupe des officiers quand ils virent ce soldat se joindre à eux en leur déclarant « je suis le capitaine ! ».

Cette confiance enfantine que ce soldat accordait à tous les mots qui sortaient de la bouche de son empereur est un exemple pour nous, chrétiens. Nous aussi, de la même façon qu’un enfant peut avoir une confiance absolue dans les paroles de ses parents, nous devons nous saisir de toute parole de Dieu, se les approprier et nous attendre à voir Dieu agir en conséquence.

C’est cette foi toute simple qu’ont découverte les premiers chrétiens, et qui a habité bien des chrétiens qui nous ont précédés, nous devons la garder précieusement. Une foi qui fait confiance à Dieu pour tous les domaines de notre vie, dans les petites et les grandes choses, s’attendre à Dieu dans toutes nos circonstances quotidiennes.

Mais je crois qu’un danger guette le chrétien du 21e siècle, influencé par une société de consommation toujours plus exigeante : c’est une foi intellectuelle et théorique qui ne se contente que de grandes choses, d’expériences fortes. C’est légitime, il est vrai de vouloir vivre ces expériences puissantes dont nous parlent la Bible, et Dieu veut nous en accorder à nous aussi. Mais si nous focalisons excessivement sur cet aspect, cela génère bien plus de déceptions et de frustrations que cela ne fait grandir notre foi.

Les disciples ont demandé à Jésus « augmente-nous la foi » car ils avaient eux aussi ce désir d’expérimenter de nouvelles expériences. Jésus expliquait comment la foi peut être une petite graine minuscule, mais qui a en elle le potentiel de grandir et de devenir un arbre solide et impressionnant.

Dieu ne néglige pas les petits commencements et vivre une petite foi toute simple, qui s’attend à Dieu dans les petites choses du quotidien est le meilleur moyen pour vivre de plus grandes choses. À Nathanaël, qui était émerveillé des paroles éclairées de Jésus qui l’avait vu sous le figuier, Jésus déclarera avec enthousiasme : « Parce que je t’ai dit que je t’ai vu sous le figuier, tu crois ; tu verras de plus grandes choses que celles-ci. » (Jean 1:50)

Notre Dieu est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Les miracles qu’il a faits il y a 2000 ans, Il a le pouvoir de les accomplir encore aujourd’hui ! Mais il faut que peut-être que les chrétiens que nous sommes, habitués à un monde exigeant et sophistiqué, apprenions à retrouver le chemin d’une foi toute simple qui s’attend à Dieu dans les plus petites choses de la vie. Soyons aussi reconnaissants et fidèles dans les petites choses, et Jésus pourra nous dire « tu verras de plus grandes choses que celles-ci ! ».

Soyez bénis !

Pasteur, Michel Mauffrey