Chaque mois, retrouvez un nouvel édito...

Le royaume de Dieu

« Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit. » (Lettre de Paul aux Romains chapitre 14, verset 17)

Le dictionnaire biblique déclare que le royaume de Dieu c’est « la sphère où Dieu règne, où sa volonté est respectée et accomplie ». C’est en tant que Roi de ce royaume que Jésus s’est présenté à Jérusalem, mais c’est aussi comme tel qu’il a été repoussé par son peuple. Ce roi ne s’est pas imposé avec autorité comme il aurait pu le faire, (et comme beaucoup auraient espéré qu’il le fasse), il a préféré donner sa vie sur la croix de Golgotha pour sauver les hommes de leurs péchés. Ainsi, le royaume visible et glorieux est pour l’instant retiré, et il suffit de regarder et d’écouter autour de nous pour s’en convaincre.

Le royaume de Dieu est donc caché dans les cœurs. C’est par la « nouvelle naissance » que nous entrons dans ce royaume spirituel. Paul s’oppose ici à une vision matérialiste du royaume de Dieu, très répandue à l’époque, en expliquant que ce n’est pas par les choses de ce monde que nous pouvons goûter à ce royaume, tels que le manger et le boire, mais par des vertus communiquées par l’Esprit-Saint, et que seuls ceux ayant reçu les capacités spirituelles adéquates peuvent connaitre. La justice, la paix et la joie dont il est question ici ne sont pas celles que ce monde peut nous accorder de vivre à certains moments de notre vie, elles sont bien plus profondes. Les royaumes de ce monde recherchent la richesse, le pouvoir et les plaisirs. Les maitres mots dans le royaume de Dieu sont Justice, paix et joie… quelle différence !

Toutefois, les paraboles dites « du royaume » illustrent bien le mélange de bien et de mal qui caractérise la dispensation présente, le bon grain et l’ivraie vont subsister ensemble jusqu’à la moisson, c’est-à-dire le jugement. Et il ne faut pas s’étonner en tant que chrétien de devoir vivre tant de situations si opposées à nos aspirations et à nos valeurs. Vivre en tant que chrétiens au milieu de ce monde perverti n’est pas toujours facile, il faut bien le reconnaitre. L’Église, en tant qu’Epouse du Christ Roi est elle aussi rejetée et humiliée au sein de ce monde.

Mais déjà, Dieu a fait de son Église le petit troupeau auquel Dieu a trouvé bon de donner le royaume (Luc 12:32), quel privilège de faire partie de ce petit troupeau ! Bientôt, nous pourrons connaitre pleinement ce royaume glorieux encore à venir. Jésus revient bientôt pour nous chercher, et nous règnerons avec Lui !

Veillons donc à ne pas accorder trop d’importance aux choses passagères de ce monde, mais à rechercher celles d’en haut, ce qui est bien plus précieux : la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit !

Encourageons nous donc dans ce sens ! Soyez richement bénis !

Pasteur, Michel Mauffrey