Chaque mois, retrouvez un nouvel édito...

Modèle d’humilité…

« Or, durant leur séjour à Bethléem, le moment de la naissance arriva. 7 Marie mit au monde son premier-né : un fils. Elle l’emmaillota dans des langes et le coucha dans une mangeoire parce qu’il n’y avait pas de place pour eux à l’intérieur du caravansérail. » (Évangile de Luc, chapitre 2 versets 6-7)

Imaginez donc : l’un des évènements les plus extraordinaires de l’histoire de l’humanité était en train de se produire, évènement annoncé et attendu depuis des siècles : la venue sur terre du Sauveur de l’humanité !

C’est en réalité Dieu lui-même qui venait sur la terre pour annoncer la Bonne Nouvelle de l’Évangile et prendre sur lui le poids de tous nos péchés ! On imagine alors une cérémonie exceptionnelle avec tous les anges, les trompettes retentissantes et tous les honneurs dus à la venue d’une personnalité aussi exceptionnelle !

Mais pourtant rien de tout cela ne s’est produit, c’est même tout le contraire : même pas une petite place dans l’hôtel le plus modeste de la ville, Jésus devra se contenter d’une simple mangeoire, dans la plus stricte intimité et sans le moindre honneur !

Et pourtant quel message ! Dès les premiers instants de sa naissance, Jésus a voulu communiquer avec force un message d’humilité. Le prophète Ésaïe, bien des siècles plus tôt l’avait déjà annoncé : « Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Eternel ? 2 Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour nous plaire. 3 Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. » (Ésaïe 53:1-3).

Et pourtant, c’était bien le Fils de Dieu, porteur du plus merveilleux des messages et de la plus glorieuse des missions ! Mais le royaume de Dieu n’a rien à voir avec le royaume de ce monde, et ce n’est pas étonnant que ses valeurs soient aussi diamétralement opposées !

Dans un monde où les hommes cherchent tellement la gloire, les honneurs, et leur propre intérêt avant tout, combien cet exemple nous interpelle. La réalité, c’est que dans le royaume de Dieu, l’humilité est la plus précieuse des vertus ! Elle est une beauté intérieure incomparable qui ravit le cœur de Dieu.

Andrew Murray, auteur chrétien bien connu, a écrit un livre qui m’a beaucoup marqué ou il développe que l’humilité est la beauté et la fleur de la sainteté. Pourtant, n’est-ce pas une vertu que nous avons bien du mal à rechercher et à mettre en avant ? Comme le disait quelqu’un, le problème avec l’humilité, c’est qu’on ne peut pas s’en vanter !

Pendant cette période de fêtes ou ce monde va encore déployer une débauche de moyens pour « faire la fête » ou pour impressionner ses semblables, soyons nous aussi des témoins, portant en nous non les feux d’artifice de ce monde insipide, mais la si pure et précieuse beauté intérieure d’un esprit doux et paisible, d’un cœur rempli d’humilité. Jésus déclarait lui-même qu’il était « doux et humble de cœur », qu’il nous aide à ce qu’il en soit de même de nous !

Joyeuses fêtes de fin d’année !

Pasteur, Michel Mauffrey