Christine Steible

Trois beaux enfants, un mari attentionné… Je possédais tout ce dont une femme peut rêver. Mais j’étais dans le désert. Un mélanome m’a aidé à voir ce désert. Malgré la guérison, je sombrais profondément dans la dépression. J’avais eu trop peur de ma mort. Je trouvais un mauvais médicament pour voir la vie en rose : l’alcool…

Une nouvelle collègue arriva au travail : une chrétienne. J’étais plus qu’athée. Je me moquais, blasphémais parfois ! « Ah ? Tu crois en Dieu ? Tu te ressources à l’église ? » Cela m’intrigua jusqu’à ce que j’accepte une invitation à une soirée Femmes dans son église.
Les louanges m’étonnèrent, les témoignages m’interrogèrent, mais la prière me saisit, m’arrosa de chaleur et d’émotion. Quelle sensation puissante ! Je mis 3 jours à me remettre, avec fugitivement une grande joie : « Et si c’était vrai, si Dieu existait ? »

À partir de ce jour, je me remis à prier ce Dieu inconnu qui m’avait touchée. Et j’eus des exhaussements de prières ! Je décidais alors fermement d’arrêter de boire. Et, sans médicament, je sortis définitivement de l’alcoolisme, avec la force que Dieu peut donner.

Il ne me manquait plus que sa Parole, car bien des éléments de la foi chrétienne étaient flous pour moi. Un jour dans la rue, quelqu’un me donna un nouveau testament… Je m’en emparais et le lu, découvrant la vie de Jésus et l’objectif divin de sa visite sur Terre. C’était si fort, d’une vérité si évidente que je lui ai confié ma vie en lui adressant une prière. J’écrivis ensuite, comme un enfant, mon nom et ma décision à la dernière page.

À présent, je suis sortie de mon désert, libérée et baptisée dans l’océan d’amour et de pardon de notre Seigneur, accueillie dans une église chaleureuse.  Merci à Jésus, qui, dès qu’on le cherche, répond avec tant de force.

Christine Steible

Les commentaires sont fermés.